troubles du sommeil de l'enfant

Ma réalité de maman face aux troubles du sommeil de l'enfant

Pourquoi je n’ai pas réussi à dormir pendant 5 ans ! Les troubles du sommeil de l'enfant, vous connaissez ?

J'étais épuisée quand mon enfant est né !!! Cette phrase, je l'ai entendue des tonnes de fois. 😓 Puis, je raconte mon histoire de la naissance de mon fils jusqu'à maintenant, les galères de sommeil.

Et là, tous les parents relativisent et nous demandent comment nous avons fait. Comment avons-nous fait pour ne pas dormir correctement pendant tout ce temps ?

Et puis la phrase habituelle, moi je n’aurais pas pu. Ah, mais si tu aurais pu, car tu n’avais pas le choix. Tu n’avais pas le choix de faire avec un enfant qui avait des problèmes de sommeil.

Tu n’avais pas le choix, même quand tu étais fatiguée, quand tu pleurais de fatigue, quand ton fils était irritable toute la journée parce qu'il était fatigué mais ne dormait pas.

La maternité, c’est un nouveau chapitre de notre histoire qui s’ouvre avec des moments inoubliables, mais aussi des moments que l’on n’aimerait pas vivre, comme les nuits sans fin et épuisantes. Je fais partie de ces mamans qui ont vécu des années de sommeil perturbé par un enfant qui avait des problèmes de sommeil que personne n’arrivait à résoudre.

C’est une réalité souvent entendue mais rarement comprise dans toute son intensité.

Voici mon histoire, celle d'une maman qui n'a pas fait une nuit complète de sommeil pendant un long, très long moment, et comment cela a façonné ma force.

Mon fils, le début de l’aventure :

Je l’avais tellement voulu, ce petit bout ! Et puis il est né, le plus beau, le plus merveilleux petit bonhomme, avec son petit caractère déjà. À l’hôpital, j’ai bien sûr suivi toutes les recommandations des sages-femmes, celles qui paraissaient logiques et celles qui se contredisaient.

« Ton enfant ne dort pas, c’est normal, c’est un bébé. » « Et puis, tu vois bien qu'il ne dort pas la nuit, oh, mais laisse-le, il ne te dérange pas. » Non, il ne me dérangeait pas, mais je voyais bien qu'il ne dormait pas du tout. Et puis, à 9 mois, il a arrêté les siestes, le début de la fatigue intense

Mais comment, à 9 mois, un enfant ne dort pas et ne fait pas de sieste et a toujours de l’énergie ? J'en ai parlé à un, puis deux médecins, mais ça ne les choquait pas, il était en bonne santé. Puis il a commencé à marcher, ou plutôt à courir. Impossible de marcher à côté de la poussette, ce petit bougeait tout le temps, il ne dormait pas la nuit, ne faisait pas de sieste. Mais aidez-moi, je n’en peux plus…

Les spécialistes des troubles du sommeil de l'enfant.

Aller voir une psy, ok, ça va nous aider… « Votre fils bouge trop, je ne peux pas vous aider. »

Deuxième psy, lui crée d'autres problèmes, elle ne devait surement pas être spécialisé dans les troubles du sommeil chez l'enfant, car après cela mon fils hurle de peur toutes les nuits,

Merci petit Loup et la nuit..; Merci la psy.

C’est décidé, même si c’est long, nous allons voir un spécialiste dans les troubles du sommeil chez l'enfant, il a bientôt 2 ans, il a besoin de dormir, il est trop énervé, je suis trop énervée.

« Votre fils doit se faire opérer des végétations. » Super, ça a duré 30 minutes, mais c'est dit !

Une opération plus tard, il dort la nuit, youhou !

Il a bientôt 3 ans, pas de sieste, il est très énergique, ne s'endort pas seul, l'endormissement prend 2 heures, vraiment deux heures…

Et puis, entre-temps, ma princesse est arrivée, elle est calme, douce et apaisante. Mais qui dit deuxième enfant dit aussi le retour des nuits hachées, au moment où le premier commençait à dormir la nuit. Je ne sentais pas la fatigue de deux enfants, tellement le premier m'avait malheureusement épuisée.

La gestion de deux enfants en bas âge avec une fatigue quotidienne. Je ne parlerai pas de burn-out maternel, mais clairement, j'y étais, je pleurais souvent. Ma voisine me détestait parce que mon fils n'avait pas dormi pendant toutes ces années, et ma fille commençait à marcher… Les soirées étaient inexistantes car la fatigue était l'invitée quotidienne de notre lit.

Je n’avais pas de temps pour moi, la journée il y avait la petite et même si j'étais à la maison, et qu'elle faisait ses siestes, je ne dormais pas, je n'y arrivais plus. Les journées étaient rythmées par le parc, les activités, le petit à l'école, et la gestion de la maison.

Puis ma petite est rentrée à l’école, j’ai pris le temps de prendre du temps pour moi, la méditation, la relaxation m’ont beaucoup aidée à me remettre sur pied.

Puis ils ont grandi, ma princesse dort toujours, et mon bout de chou de 8 ans a été diagnostiqué TDAH. À l'heure actuelle, il prend des médicaments pour dormir, il s'endort mieux, son sommeil est réparateur.

Les troubles du sommeil de l'enfant, j'ai appris à vivre avec...

Si j’avais un conseil à vous donner, ce serait de vous écouter. Dès petit, j'ai dit que quelque chose n'allait pas, j'aurais dû moins écouter les autres et plus m'écouter. Pour le premier, on veut bien faire.

Chaque parent connaît ses propres défis, mais dans ces défis se trouve une force incroyable. "Ce qui ne te tue pas te rend plus fort" – cette phrase a pris un sens profond pour moi.

À travers les nuits sans sommeil, j'ai découvert une force que je ne savais pas que je possédais. Et si vous vous battez contre le sommeil perdu, sachez que vous n'êtes pas seul, et que vous aussi, vous êtes incroyablement fort. N'hésitez pas à partager votre histoire,

Retour au blog